fbpx

avril 2

Se protéger des personnes négatives, pourquoi et comment s’en éloigner

2  commentaires

Il nous arrive à tous d’avoir des journées plus difficiles que d’autres, de nous réveiller parfois d’une humeur maussade. Nous avons tous été un jour ou l’autre de mauvaise humeur, râlant pour un oui ou pour un non ou pouvant nous énerver pour des choses en définitive sans grande importante.

Nous avons tous expérimenté pareils moments ou journées et c’est somme tout normal. La vie ne peut pas toujours être parfaite, notre humeur ne peut pas être éternellement bonne.

Il suffit en effet d’un cumul de diverses choses, d’un manque de sommeil, de stresses accumulés ou que sais-je encore pour nous faire basculer de côté « obscur ».

Tout cela est normal, nous ne sommes pas parfaits.

Mais qu’en est-il des personnes qui sont dans pareils états tout au long de l’année ?

Vous savez, ces personnes négatives qui râlent du matin au soir, qui voient systématiquement le verre à moitié vide, qui imaginent les problèmes et non les solutions. Ces éternels pessimistes qui vous diront toujours que vos rêves ou vous projets ne se réaliseront jamais. Elles seront également les premiers à vous faire remarquer vos erreurs en vous disant « je te l’avais bien dit… »

Je force un peu le trait, mais de telles personnes, nous en connaissons, nous en côtoyons tous à un moment ou une autre, voire même tous les jours.

Mais qui sont ces personnes ?

Sans vouloir les cataloguer, il existe néanmoins certains traits que l’on rencontre chez ces personnes dites négatives.

Les victimes

Ce sont des personnes qui, d’une manière consciente ou inconsciente, se placeront systématiquement dans le rôle de l’oppressé. Les choses qui leur arrivent ne sont jamais de leur fait et subissent plus ou moins en permanence les injustices de la vie.

À les entendre, nous avons l’impression que la vie s’acharne sur eux, que rien ne se passe jamais normalement dans leur existence.

Est-ce faux ?

Il est possible que ces personnes aient une vie parsemée de difficultés, comme nous tous. Très souvent ces personnes « attirent » ces situations, les provoquent involontairement. Mais régulièrement, il leur suffit de dépeindre une situation « normale » en forçant le trait pour transformer la normalité en un désastre à peine croyable.

Ce mode de pensée et de fonctionnement trahit généralement une recherche d’attention, un besoin d’empathie. Il peut également être le fait de manipulateurs qui, à travers la sympathie des autres recherchent le pouvoir et l’influence. « Kidnappant » les personnes réceptives et les utilisant, les usant.

Les pessimistes

Il y a également les pessimistes que j’ai rapidement évoqués ci-dessus. Ces personnes qui ne peuvent voir la vie qu’à travers un prisme négatif. Lorsqu’ils sont confrontés à un problème, ils ne voient que ce dernier et ont même tendance à l’amplifier.

Ils sont tellement obnubilés par leur vision, par leur problème, qu’à leurs yeux aucune solution n’est possible ou même envisageable. Pire, ils ne tenteront même pas de chercher la moindre solution.

À ce stade-là, ils passeront une majeure partie du temps à râler, quitte à entraîner toutes les personnes qui les entourent dans leur vision pessimiste de la vie ou de la situation. Car, le pessimisme, le négativisme peut parfois être extrêmement contagieux.

Les agressifs

Ces personnes vont utiliser la violence verbale, le dénigrement pour rabaisser les personnes qui les entourent. Ce mode de négativisme traduit très souvent un manque de confiance en soi. C'est également un moyen d’asservir les autres par la peur, par la menace permanente qu’ils risquent d’exploser ou de dire des choses désagréables ou blessantes.

Les personnes qui ont une mauvaise estime et une mauvaise confiance en soi

Ces personnes qui disent en permanence qu’elles sont nulles, que les autres sont meilleurs, qu’elles ne savent jamais faire quoi que ce soit de bien.

Les pervers narcissiques 

Et pour finir, il y a bien entendu les célèbres pervers narcissiques. Ils cherchent en permanence l’attention des autres, les manipulent pour prendre toute la place et obtenir leur admiration. Leur seul intérêt ne tourne qu’autour de leur personne même lorsqu’ils font croire qu’ils en ont pour les autres.

Que faire face à ces personnes négatives ?

Le bon sens dira que l’on doit s’éloigner le plus possible de ces personnes, même si cela semble parfois plus facilement dit qu’à faire.

Avez-vous déjà remarqué, à quel point ces personnes négatives sont telles des sangsues ?

Il s’agit bien entendu d’une métaphore, mais généralement ces personnes nous « pompent » toute notre énergie. Le fait de ressasser en permanence des choses négatives, de voir le mal ou les problèmes en tout, de ne parler que de ce qui va mal ou autres sujets démoralisants, nous tire petit à petit vers le bas. Comme je l’ai dit, le négativisme est contagieux.

Or, comme pour toute contagion, prendre de la distance représente la meilleure manière de s’en prémunir.

J’ai vu des groupes  devenir négatifs au contact d’une seule personne qui continuellement leur disait que tout allait mal. J’ai vu des personnes perdre confiance en elles à force de côtoyer des personnes agressives ou des pervers narcissiques.

La toxicité de ces personnes est difficilement supportable à dose régulière. Et pourtant, nous n’en prenons pas toujours conscience. Il faut parfois des mois, voire des années avant de réaliser l’impact qu’ont ces personnes sur notre vie, sur notre énergie et sur notre vision de la vie et du monde.

Au départ, en effet nous n’allons pas nous en rendre compte ou nous souhaiterons apporter une oreille attentive à ces personnes, mettant en avant nos qualités empathiques. Ceci est une bonne chose et comme indiqué plus haut, nous traversons tous un jour ou l’autre des périodes difficiles durant lesquelles nous sommes parfois heureux de trouver de l’aide et de réconfort.

La difficulté réside alors de déterminé si nous sommes face à une personne négative temporaire ou chronique. Il est également difficile d'évaluer le degré de toxicité de ces personnes. En effet, il suffit de lire les descriptions ci-dessus pour réaliser que certaines formes sont plus toxiques que d'autres.

Que faire si nous ne pouvons pas nous distancer de ces personnes négatives ?

Comme évoqué il y a quelques instants, l’idéal est de prendre de la distance. En tout cas avec les négatifs chroniques.

Cependant, cela n’est pas toujours facile de le faire, car il peut s’agir d’un membre de la famille, d’un ami, d’un collègue, d’un professeur ou d’un patron.

S’il est de temps en temps possible de couper les ponts, dans d’autres cas, cela n’est pas possible à moins de faire des choix difficiles.

La première chose à faire face à une personne négative est d’offrir une oreille attentive à ses difficultés. En effet, ces dernières ne sont peut-être que passagères.

Il faut néanmoins garder à l’esprit une notion de temps, ne pas laisser cette relation envahissante prendre trop de place et d’énergie. Si l’empathie est sans le moindre doute une qualité, se protéger reste en effet indispensable et salutaire.

Ensuite, vous avez la possibilité d’apporter des solutions à ces personnes. Si elles sont réellement en demande, elles les suivront et devraient, si elles sont judicieuses, aller petit à petit mieux. En revanche, si elles les rejettent ou font systématiquement le contraire, une alerte devrait retentir dans votre esprit.

Montrez qu’il y a des choses positives, décortiquez et trouvez l’argumentaire permettant de démontrer que tout n’est pas négatif, loin de là. Ça fonctionne parfois, mais un négatif chronique recommencera dès qu’il le peut.

Article connexe: 7 habitudes pour rester positif

Mettre des limites face aux personnes négatives

Vous pouvez, que dis-je vous devez également mettre des limites surtout si le négativisme vous concerne. Vous avez le droit de ne pas être d’accord et devez l’exprimer. En effet, si l’écoute est précieuse, le silence peut également être un indicateur qui donne raison aux personnes négatives.

Lorsque le négativisme est trop pesant pour vous, dites-le. Vous pouvez parfaitement exprimer vos émotions et ce que vous ressentez.

Restez vigilant quant à la toxicité de l’autre. Leurs problèmes ne sont pas les vôtres et vous n’avez nullement besoin de vous les approprier.

Si les discussions négatives vous insupportent, n’hésitez pas non plus à changer de sujet. Abordez des choses positives ou trouvez des sujets neutres permettant d’alléger un peu l’ambiance.

Pour finir, si tout cela ne fonctionne pas, demandez-vous réellement si cette personne a ou doit avoir une place dans votre vie. Seul(e) vous avez la réponse à cette question, mais à un moment ou un autre votre santé physique et psychique devra être votre priorité.

Cet article vous a plu ou vous a été utile, n’hésitez pas à me laisser un commentaire ci-dessous. Vous pouvez également le partager sur les réseaux sociaux afin de permettre à d’autres personnes de le découvrir.

A propos de l'auteur

Charles-Emmanuel Deppierraz

Convaincu que la connaissance de soi représente un pillier essentiel dans un monde où tout s'accélère et en profonde mutation.Père de quatre enfants, dirigeant d'entreprise et coach, je souhaite à travers la révolution est en vous, offrir à qui le souhaite, des outils et des stratégies permettant de se développer et aborder la vie dans les meilleures conditions possibles.Convaincu que nous avons en chacun de nous le potentiel de changer nos vies, j'espère que vous trouverez à travers ce site l'inspiration et la motivation pour y parvenir.

Vous pourriez également aimer :

Comme une publicité pour Coca-Cola

Je n’ai pas le temps

Trouver son IKIGAÏ et donner du sens à sa vie

  • Bonsoir je sors d’une relation toxique depuis 4 mois avec un pervers narcissique on est resté 10 ensemble j’ai beaucoup de mal je l’aime toujours je ne comprends pas pourquoi ….Je n’ai plus de nouvelles de lui j’ai coupé tous les ponts avec cette personne mais j’ai du mal a avancer sans lui

    Reply

    • Chère Géraldine,
      Comme je l’écris dans cet article, parfois il y a des choix difficiles à faire face aux personnes toxiques qui nous entourent. Ces choix n’empêchent pas les sentiments que nous pouvons avoir vis-à-vis de ces personnes, bien au contraire. Ils peuvent être parfois même être encore plus difficiles par le fait que certaines personnes savent également créer une forme de dépendance.
      Prendre de la distance ou même couper tous les ponts est un choix courageux mais qui généralement à terme, est salutaire.
      Je vous souhaite vraiment le meilleurs et suis sûr que vous arriverez à avancer à nouveau sans cette personne.
      Bien à vous,
      Charles-Emmanuel

      Reply

  • {"email":"Email address invalid","url":"Website address invalid","required":"Required field missing"}

    Inscrivez-vous aux e-mails privés de la révolution est en vous

    >