fbpx

décembre 14

Croyances limitantes: comment s’en défaire

11  commentaires

S’il y a bien un sujet dont on sous-estime l’importance, ce sont nos croyances. Elles ont en effet, une influence directe sur l’ensemble de notre vie. Notre qualité de vie, notre réussite, notre compte en banque, nos relations, notre travail, notre santé. Tous, je dis bien tous les pans de notre vie sont liés à nos croyances.

Cela vous semblera réducteur, mais en observant les gens, en les écoutant attentivement, il nous est possible de déterminer certaines de leurs croyances. Il suffit parfois de regarder comment vous vous habillez, votre voiture, votre intérieur, votre rapport à l’argent, au travail et j’en passe.

Vous me direz que je ne me fie qu’à des signes extérieurs pour le faire. C’est vrai, vous avez raison. On peut aussi le faire sur vos relations, vos amis, votre rapport avec votre famille. Je vous l’ai dit, toute notre vie est étroitement liée à ce que nous croyons.

Alors, en quoi croyez-vous ? Car vous l’avez compris, nous avons tous un ensemble de croyances, de convictions en lesquelles nous avons une foi immuable. Avez-vous déjà pris le temps d’y réfléchir ? Si cela n’est pas le cas, il est peut-être grand temps que vous le fassiez, car comme nous allons le voir, nos croyances peuvent autant nous freiner que nous porter.

Les différentes formes de croyances

Il existe en fait trois catégories de croyances, les positives, les limitantes et les neutres. Ces dernières ne nous intéresseront pas, car comme leur nom le dit, elles sont neutres et n’ont, de ce fait, aucun impact sur notre existence.

Il n’y a pas de changement durable sans changer ses croyances.”

Anthony Robbins

Dans cet article, je vous propose que nous nous attardions sur les croyances qui vous freinent, celles que l’on appelle limitantes. En effet, ces dernières peuvent représenter un véritable obstacle dans notre progression, voir même, nous empêcher tout simplement de passer à l’action.

Alors, qu’est-ce qu’une croyance ?

Il est peut-être intéressant que nous donnions une définition à ce dont nous parlons.

Une croyance, c’est une pensée que nous considérons comme étant la vérité. C’est un détournement cognitif, des idées préconçues que nous avons vis-à-vis de nous, des autres, du monde en général. Les croyances sont des idées irrationnelles, des généralités ou des affirmations qui nous accompagnent dans notre vie, elles influencent notre perception, nos interactions.

Même si irréelles, nous allons tout faire pour nous y conformer, puisque nous le considérons comme étant la vérité. En fait, les croyances ne sont que des suggestions que nous avons reçues ou que nous nous donnons à nous-mêmes.

Nous avons des croyances dans tous les domaines de notre vie. Bien entendu sur la religion que nous soyons croyants ou non, mais également sur la vie, l’amour, la réussite ou l’échec, sur la chance ou encore sur nos capacités à faire telle ou telle chose.

Le problème, lorsque nous avons des croyances limitantes, c’est qu’elles nous empêchent de développer notre plein potentiel. C’est le cas lorsque vous vous dites, « je n’y arriverai jamais » ou « je n’aurai jamais confiance en moi » ou « je suis nul » ou « c’est impossible », « je n’aurai jamais la capacité de faire cela », « les autres sont meilleurs que moi » ou encore que vous êtes trop jeune ou au contraire trop âgé.

Nos croyances limitantes nous servent d’excuses

Je vous invite à lire l’article que j’ai récemment écrit sur les excuses qui nous empêcher d’agir. Avez-vous remarqué que les excuses que nous utilisons pour ne pas avancer sont liées à des croyances ? OK, je l’avoue, j’ai volontairement traité ces sujets dans cet ordre pour que vous compreniez leur imbrication et souligné, pour convaincre ceux et celles qui seraient encore sceptiques, que la majorité de nos excuses ne sont pas fondées, puisqu’elles se basent sur quelque chose d’irréel. Il en est de même pour votre identité.

Lorsque vous faites vôtres ces croyances-là, elles ne peuvent pas vous permettre de réussir. Cependant, j’ai une bonne nouvelle, vous n’aurez pas besoin de plus d’énergie à croire par exemple que tout est possible, qu’à vous dire que vous n’avez pas confiance en vous. Nos croyances sont des permissions que nous nous accordons pour faire ou ne pas faire quelque chose.

Les croyances limitantes

Nos croyances sont un filtre qui influence notre perception et nous dit comment interpréter les informations qui nous parviennent. Elles déterminent ce à quoi nous allons prêter attention ou non, ce que nous allons entreprendre ou non, ce que nous allons réussir… ou non.

Je suis sûr que vous avez dans votre entourage une personne qui voit toujours tout en noir, qui pense que le monde va à sa perte, que l’humanité a franchi un point de non-retour. Son cerveau va filtrer toutes les informations qui lui parviennent pour lui donner raison et éliminer celles qui pourraient perturber ses croyances.

Livre, journaux, télévision, réseaux sociaux, cette personne trouvera dans tous les médias qu’elle consulte les informations souhaitées. Si ses croyances sont fortes, elle partagera avec force et conviction son point de vue.

Cet exemple pourrait être également celui d’une personne qui reste d’un optimisme aveugle face au monde qui nous entoure.

Autant vous dire qu’il est préférable de ne pas inviter ces deux personnes en même temps, vous risqueriez de passer une soirée intéressante, mais surtout très animée.

Pour en revenir aux croyances limitantes, si vous croyez être incapable d’arrêter de fumer, trouver l’amour, changer de carrière, perdre du poids ou que sais-je encore, vous n’aurez pas la motivation, ni l’énergie pour le faire. De plus, votre inconscient posera toutes les actions possibles pour vous donner raison. Autant se rendre compte qu’il y a un cadenas ou un bâton dans la roue avant de mettre le premier coup de pédale.

Leurs origines

Détecter nos croyances limitantes est une chose, comprendre leurs origines en est une autre qui peut parfois être fort utile pour les désactiver. Elles peuvent être nombreuses et diverses.

Des expériences négatives

Celles que l’on considère ensuite comme généralité. Par exemple, si l’on vous a quitté plusieurs fois, vous pourriez croire que vous n’avez pas le droit d’être aimé. C’est bien entendu faux, mais vous aurez grande peine à, ne serait-ce que percevoir les signaux d’intérêts des autres.

Les héritages familiaux 

La famille est l’un des terreaux les plus fertiles aux croyances. Nous grandissons en imitant nos parents et puisons des valeurs et des croyances parfois transmissent de génération en génération. Mon meilleur ami et ses sœurs ont racheté il y a quelques années un chalet appartenant depuis longtemps à leur famille (des tantes éloignées avec lesquelles ils n’entretenaient pas de liens particuliers ni réguliers). Ils ont été confrontés à une hostilité immédiate des voisins générée sans le moindre doute par des croyances négatives à l’encontre de tous les membres de leur famille, et ce, peut-être même depuis des générations. Ils étaient un peu comme Tatie Danielle « Ils ne vous connaissent pas, mais vous détestent déjà ». Le pire dans cette histoire est que, très certainement, ils n’avaient aucune idée pourquoi ils vouaient une haine farouche contre leurs nouveaux voisins, hormis le fait d’appartenir à la même famille que les précédentes propriétaires.

Notre éducation, les médias, des personnes marquantes

L’exemple le plus connu est le « tu n’es pas fait pour les maths ou pour telle ou telle langue ». Croyez-vous vraiment que l’enfant qui entendra des personnes en qui il a une totale confiance (parent, professeur) lui dire cela, croira qu’il a du potentiel dans ces matières.

Culturel et environnemental

Il suffit d’observer la montée de certains intégrismes pour comprendre que nous pouvons nous forger des croyances à travers les messages que nous recevons. Il suffit de voir toutes les fake news publiée pendant les élections américaines de 2016, qui malgré des démentis et les preuves de leurs inexistences, sont encore considérées par beaucoup d’électeurs comme totalement vraies.

Religieux

Je suis conscient que ce sujet peut être sensible, mais il suffit également de voir la montée de certains intégrismes (peu importe la religion) pour se rendre compte qu’il s’agit de croyances limitantes, car poussées à leur paroxysme, elles ne laissent aucune flexibilité.

Comment reconnaître une croyance limitante ?

Comme je viens de l’indiquer, une croyance limitante ne vous donne aucune flexibilité.

Je m’excuse d’ores et déjà de l’exemple qui va suivre. Il est tiré d’un sophisme (un de mes professeurs d’économie appelait cela une discussion du café du commerce) répandu.

Un garagiste peut-il être honnête ?

Si votre réponse est négative, vous êtes face à une croyance limitante. Elle ne vous donne aucune souplesse et vous êtes convaincu au plus profond de vous que tous les garagistes sont des profiteurs ou des escrocs. Je rassure tout de suite le mien, cela n’est pas l’une de mes croyances (au cas où il lirait cet article et ne le prendrait pas bien).

Si au contraire, votre réponse est oui, cela n’est pas pour vous une croyance limitante (comme pour moi, je préfère le dire une seconde fois).

Les croyances limitantes commencent souvent par :

« Je suis trop ou pas assez… pour ».

« Je n’ai pas… pour ».

« Les… sont tous des… »

« Je ne crois plus à… ».

« Je crois que… parce que… ».

« Il m’arrive toujours… quand je… ».

« J’ai envie de…, mais j’ai peur de… ».

Faites votre propre liste

Si vous me lisez déjà depuis quelques temps, vous l’aurez bien compris, j’aime faire des listes et une fois de plus, je vous propose la liste de toutes vos croyances, qu’elles soient positives ou limitantes, mettez tout ce qui vous passe par l’esprit, sans vous juger ou mettre de filtre en vous disant « ah non, celle-ci, je ne peux pas la mettre ».

Si, justement mettez-la !

Soyez le plus intègre possible si vous voulez avancer dans la vie. Si vous omettez certains points, vous allez certainement passer à côté d’une de vos principales croyances limitantes qui vous empêchent d’avoir la vie dont vous rêvez. Alors, cessez de vous voiler la face et affrontez certaines vérités, vous vous sentirez beaucoup mieux ensuite.

Je vous conseille de créer un tableau avec trois colonnes avec les titres suivants: mes croyances, + / - / = et pour finir, en quoi elle m'aide ou non.

Dans un premier temps, indiquez dans la première colonne toutes les phrases qui vous définissent le mieux. Commencez-les par « je suis… », « je ne suis pas… », « je suis capable ou incapable de… », inspirez-vous des exemples donnés un peu plus haut pour former vos phrases. Vous pouvez également développer vos croyances de manière plus large en évoquant votre vision de la vie, du monde. Mettez tout ce qui vous passe par l’esprit.

Je vais vous donner un coup de main, si vous ne savez pas par où commencer.

Mes croyances personnelles

  • Je suis ma propre limite.
  • Je suis la somme de mes actions (vous la connaissez déjà).
  • La vie est belle, elle vaut d’être vécue.
  • Je suis très mauvais pour tout ce qui touche à l’administration.
  • J’ai horreur de la routine.
  • On mène l’existence que l’on choisit (ne pas choisir est un choix).
  • Je suis multipotentiel.
  • On peut changer.
  • On ruine son existence en se plaignant et en ne prenant pas ses responsabilités.
  • De trop nombreuses personnes sont paresseuses.
  • Cela ne sert à rien de se faire trop de soucis, je serai fixé le moment venu.
  • Aime ton travail, tu excelleras et seras récompensé.
  • Jouis et chéris chaque journée qui t’est offerte.
  • Sois insatiable, curieux et créatif.
  • Ne cesse jamais d’apprendre.
  • Apprends de tes erreurs et de toutes tes expériences, qu’elles soient positives ou négatives.
  • Etc.

Ensuite, je vous propose de mettre un + dans la seconde colonne si vous estimez que cette caractéristique vous aide. Un -, si au contraire cela vous dessert. Et un =, si cela n’affecte en rien votre vie.

Pour finir, dans la troisième colonne, notez en quoi cela induit positivement ou négativement votre vie, ce que cela vous apporte ou vous coûte dans votre quotidien. Prenez le temps de faire cette dernière partie, votre prise de conscience n’en sera que plus pertinente et forte.

Que faire de mes croyances limitantes ?

Maintenant que vous avez conscience que ces croyances vous limitent dans votre vie, quel autre sens pouvez-vous donner à ces expériences ? Vous avez déjà fait une partie du travail en remplissant la troisième colonne. Creusez un peu plus, développez votre sens critique vis-à-vis de ces croyances.

Ne sont-elles pas ridicules ? Si par exemple votre croyance est « je suis trop vieux pour… » Ne pensez-vous pas que ça soit stupide ? N’apprenons-nous pas tout au long de notre vie ? Alors, pourquoi ne pas développer une nouvelle compétence ou acquérir de nouvelles connaissances, ne serait-ce que pour le simple plaisir d’apprendre ?

À quel moment ai-je ancré cela dans mon esprit ? Avec le temps et la maturité, il est possible de remonter aux origines de nos croyances. Quels sont les événements, les traumatismes, les héritages ou autres inductions qui nous ont conduits à faire d’elles notre réalité. Si par exemple vous pensez, « je ne termine jamais ce que j’entreprends ». Est-ce vraiment le cas ? Soyez objectif. Faites, s’il le faut, une liste (encore une) de tout ce que vous avez accompli ces derniers mois ou années. Qui vous a mis cela en tête ? Est-ce que cette personne était à même de vous juger et finissait-elle tout ce qu’elle entreprenait ? Est-ce vraiment un modèle qui vous inspire et vous motive ?

Combien m'ont coûté mes croyances ?

Que vous a vraiment coûté cette croyance ? Quelles sont les opportunités que vous n’avez pas su saisir ? Même si je pense sincèrement qu’il ne faut pas avoir de regrets, creuser en direction de ces derniers est un véritable moyen de se défaire de nos croyances et de ne pas avoir de regrets plus tard.

Qu’est-ce qu’il vous en coûterait dans vos différents domaines de vie d’entretenir encore ces croyances ?

Seuls vous détenez les réponses à ces différentes questions. Pour vous défaire de vos croyances limitantes, vous devez vraiment réaliser leurs coûts dans votre quotidien et dans votre progression personnelle.

Remplacez-les

Notre esprit n’aime pas le vide. Il est impossible de se défaire de quelque chose sans la remplacer par autre chose. Si on ne le fait pas, soyez sûr qu’elle reviendra à la première occasion. Vous n’avez donc pas le choix, vous devez impérativement remplacer vos croyances limitantes. Autant le faire par quelque chose qui vous aide, ne croyez-vous pas ? Ça sera d’autant plus facile, si vous avez conscience de leur impact et leur coût sur votre vie.

Pour vous aider, réécrivez-les, et trouvez une nouvelle tournure positive.

Faites à nouveau un tableau avec cette fois deux colonnes. Dans la premières mettez le titre "mes anciennes croyances" et dans la seconde "mes nouvelles croyances".

Par exemple : « je n’ai pas le temps » deviendra « je suis sûr que je vais trouver le temps pour le faire » ou « les autres sont plus capables que moi » en « j’ai toutes les capacités pour le faire aussi bien, voire mieux que les autres »

Il suffit parfois de peu pour entamer une réelle transformation.

Ce travail de réécriture fait, il vous faudra maintenant ancrer ces nouvelles croyances, les mettre en avant. En effet, il ne suffit pas de seulement les écrire. Ça serait bien trop facile.

Prenez votre liste et lisez-la plusieurs fois ces prochains jours.

À chaque fois qu’une de vos croyances apparaît dans votre esprit, il faut qu’un signal d’alarme retentisse et que vous la remplaciez immédiatement. À force de faire et refaire cet exercice d’esprit, vos nouvelles croyances vont progressivement remplacer les anciennes. Je vous avais prévenu, le changement demande du travail et du temps, mais n’en vaut-il pas la peine ? Souvenez-vous « Rome ne s’est pas faite en un jour ».

Et après ?

Au fur et à mesure que vous progresserez, vous allez pouvoir vous construire de nouvelles croyances qui sauront vous porter. Nous aurons l’occasion de revenir sur ce sujet dans la seconde partie de ce livre. Nous ferons de vos croyances une arme très efficace pour vous aider à progresser.

En attendant, prenez le temps pour conscientiser vos croyances limitantes et les remplacer par de nouvelles qui vous aident au lieu de vous desservir. Ça sera tout ça de moins à faire.

Je vous invite à présent à partager cet article avec vos proches au moyen des icônes prévues à cet effet. Je serai également heureux de découvrir vos croyances limitantes et comment vous allez les transformer dans la section commentaires ci-dessous.

Recevez les e-mails privés de la révolution est en vous

Tous les matins, j'envoi à 9h00 un e-mail comprenant des conseils, des astuces, des réflexion en matière de développement personnel. L'article que vous venez de lire est basé sur l'un de mes derniers e-mails.

Vous aussi faites partie de la communauté des personnes qui agissent et qui ne veulent pas passer à côté de leur vie. Pour cela, rien de plus simple, il vous suffit de vous inscrire gratuitement en cliquant sur ce lien : les e-mails privés de la révolution est en vous.

A propos de l'auteur

Charles-Emmanuel Deppierraz

Convaincu que la connaissance de soi représente un pillier essentiel dans un monde où tout s'accélère et en profonde mutation.Père de quatre enfants, dirigeant d'entreprise et coach, je souhaite à travers la révolution est en vous, offrir à qui le souhaite, des outils et des stratégies permettant de se développer et aborder la vie dans les meilleures conditions possibles.Convaincu que nous avons en chacun de nous le potentiel de changer nos vies, j'espère que vous trouverez à travers ce site l'inspiration et la motivation pour y parvenir.

Vous pourriez également aimer :

Je n’ai pas le temps

Trouver son IKIGAÏ et donner du sens à sa vie

Déterminez votre AMQ

  • {"email":"Email address invalid","url":"Website address invalid","required":"Required field missing"}

    Inscrivez-vous aux e-mails privés de la révolution est en vous

    >