Vous ne pourrez jamais changer les autres - La révolution est en vous

Vous ne pourrez jamais changer les autres

Nous avons tous une personne dans notre vie pour laquelle nous nous disons « si seulement il ou elle faisait… ». Le temps passe invariablement et cette personne ne change pas. Nous avons beau l’aimer, nous soucier d’elle, rien ni fait, elle ne change pas.

Il s’agit peut-être d’un collègue. Tous les jours, vous l’entendez vous dire les mêmes choses, adopté les mêmes comportements. Vous tentez de lui donner des conseils, de l’apaiser, de lui faire voire les choses sous de angles nouveaux. Tout cela, vous le faites pour son bien. En tout cas, c’est ce que vous vous dites. Pourtant, vous vous dites également « si seulement il croyait en lui… ».

C’est peut-être un ami ou un membre de votre famille. Plus le temps passe et plus vous le voyez échouer dans tout ce qu’il fait. Ses études ne sont qu’une succession d’échecs. Il ne conserve ses emplois que quelques mois . Son exubérance exaspère tout son entourage, pourtant, il semble être la seule personne qui ne le remarque pas. Vous essayez de le canaliser, de le motiver, de lui faire comprendre qu’il doit aller au bout des choses et qu’une certaine stabilité ne pourrait faire que du bien à son existence. À chaque fois, vous pensez « si seulement il cessait de tout foirer… ».

Pire encore, il s’agit peut-être de votre femme, de votre mari, compagnon ou compagne. Vous vivez avec cette personne ou partager sa vie et vous accrochez à l’idée qu’il ou elle va changer. Vous vous dites que votre seule présence, votre soutien ou votre exemple suffiront à lui faire prendre conscience qu’il est nécessaire de changer quelque chose. Inconsciemment, vous être comme un Saint-Bernard, vous avez fait vôtre la vocation d’aider la personne que vous aimez à être une meilleure version d’elle-même.

Peut-on changer les autres ?

Nous avons tous à un moment ou un autre pareille personne dans notre vie. Nous les aimons ou sommes attaché à eux et pensons qu’ils valent mieux que ça et décidons de mettre un petit tonnelet autour de notre cou et de les sauver coûte que coûte.

Pendant des années, je me suis pris pour ce Saint-Bernard, me disant qu’avec de la patience et de la persévérance, j’arriverai à faire changer ces personnes. Je dis bien ces personnes, car j’en ai rencontré plus d’une au cours de trente dernières années.

Cependant, il n’y a qu’une et une seule conclusion, ça ne marche pas. Vous ne pouvez pas faire changer quelqu’un. Vous pourrez y mettre toute votre énergie, votre meilleure volonté, ça ne marchera pas.

Dans le meilleur des cas, vous pourrez l’inspirer, lui donner le bon exemple, mais s’il ne veut pas changer, il ne le verra même pas.
Vouloir changer quelqu’un contre son gré, c’est une forme de manipulation. C’est lui imposer une vision, une valeur, une attitude qui ne sont pas les siennes. Peu importe que selon vous, vous le faites pour son bien, il ne s’agit pour finir que de votre propre regard sur sa vie, le reflet de ce que vous feriez si vous étiez à sa place.

Cela ne peut qu’altérer la relation

Une telle attitude sera en définitive nuisible à la relation que vous entretenez avec cette personne. Vouloir induire un changement chez l’autre altérera petit à petit la relation. Ça se fera même de manière perfide, car à la base vous le faites avec de bonnes intentions.

Paul aime son travail, mais il a tendance à tout voir en noir. Chez lui, très clairement le verre est toujours à moitié vide. Il ronchonne sans cesse, imagine en permanence les pires scénarios, s’énerve facilement avec ses collègues et ses subalternes. Cela fait des années que Paul fonctionne ainsi, se pourrissant la vie et en faisant de même pour celle des personnes qui partagent le même bureau. Pire, son négativisme envahit régulièrement les pensées et les propos de ses collègues.

Le supérieur de Paul prend du temps pour le motiver, lui apporte du soutien et de l’aide dans son travail. Lorsqu’une situation compliquée se présente, il rassure Paul en lui démontrant que tout problème trouve solution et que les pires scénarios qu’il imagine ne se produisent jamais.

Vous ne pourrez jamais changer les autres

Le temps passe

Les mois passent, les années passent et Paul ne change pas. Tous les jours, il trouve matière à rouspéter. Si ce n’est pas un collaborateur, ça sera un client ou même une situation externe à l’entreprise qui alimentera le négativisme de Paul.

Le supérieur de Paul commence à perdre patience. Sa personnalité commence à dépeindre sur l’ensemble de son équipe. Au lieu de devoir éteindre un seul incendie, il se retrouve avec plusieurs foyers qui crépitent en simultané. Les tensions deviennent palpables et la relation entre Paul et son supérieur se détériore petit à petit. Pire, son supérieur commence à lui faire des reproches devant tout le monde, s’énerve de plus en plus souvent, même pour des bricoles (en tout cas aux yeux de Paul).

Bien que les intentions du supérieur puissent être bonnes, que ce dernier éprouve une profonde affection pour Paul, ce comportement se retourne en définitive contre lui et sur Paul. Son désir et d’aider Paul, qu’il ait une meilleure vie, que l’ambiance au sein de son équipe soit encore meilleure et propice au travail. Prendre à bout de bras les émotions de Paul, même si cela part d’un bon sentiment, fini par altérer leur relation, mais également celle de toute l’équipe. Cette dernière percevant les tensions et les amplifie au gré des discussions informelles autour de la machine à café ou à la cafétéria de l’entreprise.

Des effets contraires

Paul est persuadé que le monde est cruel, que les éléments se liguent contre lui, que rien dans sa vie professionnelle ne peut se faire sans rencontrer des problèmes. Même s’il dit détester cela, Paul aime se plaindre. Plus il le fait, plus il a le sentiment d’obtenir de l’attention des autres.

Et ça marche, même son supérieur lui consacre de plus en plus de temps. Pourtant, un jour, son supérieur perd patience, se fâche contre lui et lui fait de plus en plus de reproches. Cette nouvelle situation en fait qu’alimenter en définitive la conviction de Paul que le monde est cruel et s’acharne contre lui.

Que pourrait-on retenir de cette petite histoire ? Même avec les meilleures intentions du monde, vouloir changer quelqu’un se retourne souvent contre cette personne. Cela peut également se retourner contre soi, voire toutes les personnes qui se trouvent dans le même environnement.

Vous ne pouvez pas faire que quelqu'un ait confiance en lui, qu'il se respecte ou qu'il prenne ses responsabilités contre son gré. Pire, vouloir le lui imposer ne fera que dégrader ou détruire sa confiance, son respect et son sens des responsabilités.

Une décision personnelle

Pour qu'une personne puisse changer, elle doit prendre elle-même la décision de le faire. Elle doit sentir que le changement lui appartient, qu'elle l'a choisi, qu'elle le contrôle.

Accompagnant et encourageant des personnes au changement, j’ai pris conscience il y a quelques années qu’elles ne le feront pas si elles ne prennent pas une décision claire et net de le faire. Vous aurez beau leur donner tous les conseils ou tous les exercices possibles et imaginables, ça ne servira à rien. Il est même probable qu’elles ne les feront pas.

Combien de livres, par exemple de développement personnel, avez-vous lu sans faire les exercices proposés ? En les lisant d’une traite, en ayant le sentiment d’avoir compris quelque chose sur vous et finalement, n’avoir rien changer du tout dans votre vie.

Personne d’autre que vous ne peux décider ce qui est bon pour vous. Entendez-moi bien, personne. Vous trouverez toujours des Saint-Bernard, des figures d’autorité ou autres qui se feront une joie de vous prendre par la main en direction de leur vision de la vie.

A contrario, si vous êtes tel un « sauveur », vous trouverez toujours des « proies » que vous tenterez de ramener sur le droit chemin.
Mais le problème, c'est que dans un cas comme dans l’autre, cela finira toujours par échouer. 

Prise de conscience pour changer

Il est fort probable, voire même certain que Paul se pourrit la vie. Que votre ami pourrait adopter une meilleure attitude et changer quelque chose dans sa vie pour que cette dernière soit plus stable (quoique cela ne le dérange peut-être pas le moins du monde).

Il est possible que ces personnes aient vécu des traumatismes, aient été abusées, elles ont peut-être été rabaissées depuis leur enfance ou que sais-je encore. Elles s’accrochent à des habitudes, à des comportements qui leur permettent de se rassurer, d’avoir le sentiment d’exister aux yeux des autres. Tant qu’elles ne prendront pas conscience, tant qu’elles ne prendront pas la responsabilité de leur existence, rien ne changera. Au contraire, vouloir les changer ne fera qu’empirer très certainement leur existence.

Une aide thérapeutique pourrait leur être éventuellement utile, mais là également, sans prise de conscience et volonté de leur part, le processus a de fortes chances d’échouer.

Devez-vous rester les bras croiser ou renoncer ?

Si vous ne pouvez pas forcer quelqu'un à changer, que pouvez-vous faire ? Comment aider ces personnes ?

Eh bien, non, vous n’êtes pas obligé de baisser les bras ou de rester inactif. Bien au contraire. Néanmoins, votre démarche devra se faire différemment.

Commencez par donner l’exemple.

Je ne sais pas si cela vous est déjà arrivé, mais lorsque vous effectuer un changement majeur dans votre vie, parfois ce dernier entraîne un changement dans votre entourage. Par exemple, vous vous mettez à faire de la marche rapide tous les jours. Au début, on vous dit que vous en faites trop, que vous avez de la chance d’avoir le temps de le faire, que vous ne tiendrez pas la distance. Puis, quelques mois plus tard, certaines personnes se disent « tiens, je pourrais aussi essayer » et elles se mettent aussi à marcher tous les jours.

Les avez-vous poussées à le faire ? Les avez-vous culpabilisées de ne faire aucun sport ou de ne pas prendre soin d’elles ? Non, rien de tout cela. Votre seul exemple est simplement devenu inspirant.

Ne soyez plus un donneur de leçons, posez des questions

Lorsque vous aurez compris qu’imposer vos réponses ne sert à rien, que l’on vous considérera finalement plus comme un donneur de leçons, vous adopterez peut-être une nouvelle stratégie. Cette dernière pourrait être de poser des questions au lieu de donner les réponses. Souvenez-vous qu’une prise de conscience doit se faire pour espérer un changement chez l’autre.

Au lieu de dire, «tu dois arrêter de tolérer les bêtises de ton fils », vous pourriez dire « te sens-tu responsable des bêtises de ton fils ? ».

Au lieu de dire, «tu devrais arrêter de faire la folle lorsque tu es en public », vous pourriez dire « pourquoi ressens-tu le besoin d’attirer l’attention sur toi ? ».

Est-il facile de poser des questions ? Est-il aisé d’être confrontant tout en restant bienveillant ? Non, ça ne l’est pas. Pourtant, si vous aimez vraiment l’autre, si vous voulez réellement son bien, le questionnement représente un des meilleurs chemins en direction de la prise de conscience.

De nombreuses personnes refusent de travailler sur elles avec l’aide d’un thérapeute ou pensent que cela représente une démarche inutile. Elles préfèrent croire en des solutions « clés en main » ou à un tour de passe-passe leur évitant d’être confrontées aux questions. Car en définitive, qu’est d’autres que le métier d’un (bon) thérapeute que de poser les bonnes questions ?

Aimez l’autre sans conditions

N’est-ce pas ça l’amour (dans un sens large), qu’accepter l’autre tel qu’il est ?

Si vous n’y arrivez pas, demandez-vous pourquoi ? Comme sous-entendu plus haut, il possible que vous seul ressentez un gène ou un problème. Notre vision, notre idéal n’est pas celui des autres. A-t-on le droit de vouloir imposer ce qui nous semble « juste » aux autres ?
Bien entendu, vous pouvez donner des conseils, mais acceptez l’idée qu’ils puissent être donnés à la demande des autres. Acceptez également qu’ils puissent ne pas être suivis.

Soyez simplement disponible, ne vous imposez pas.

Il y a quelques années, une connaissance professionnelle traversait une période difficile. Il s’en est ouvert à moi, partageant ses doutes, ses difficultés et ses souffrances. Je l’ai écouté attentivement, j’ai partagé avec lui certaines de mes expériences qui me semblaient similaires. Mon objectif n’était pas de lui donner des conseils, mais uniquement de partager ce que j’avais traverser et le rassurer par rapport à certaines questions qu’il se posait.

Ce moment d’échange était totalement inconditionnel. Libre à lui de prendre ce qui lui semblait utile. Si cela n’était pas le cas, je n’en aurais pas ressenti la moindre contrariété.

Nous sommes tous capables de changer, j’en suis intimement convaincu. Seuls nous pouvons prendre cette décision et le faire. Il m’aura fallu des années pour en prendre conscience et l’accepter.

Qu’est devenu Paul en fin de compte ? Je vous laisse imaginer la suite de son histoire…

3 stratégies pour prendre le bon départ

Téléchargez cette formation audio gratuite pour apprendre trois stratégies simples qui vous donneront la clarté et la confiance nécessaires pour aller en direction de vos rêves et de vos objectifs de vie.

Charles-Emmanuel Deppierraz
 

Convaincu que la connaissance de soi représente un pillier essentiel dans un monde où tout s'accélère et en profonde mutation.Père de quatre enfants, dirigeant d'entreprise et coach, je souhaite à travers la révolution est en vous, offrir à qui le souhaite, des outils et des stratégies permettant de se développer et aborder la vie dans les meilleures conditions possibles.Convaincu que nous avons en chacun de nous le potentiel de changer nos vies, j'espère que vous trouverez à travers ce site l'inspiration et la motivation pour y parvenir.

>